Bienvenue sur le blog « Jeunes : Action ! » Retrouvez toute l’actualité de l’action Jeunesse Familles Rurales et des initiatives prises partout en France !


v85-701x385

Ils ont troqué le serviette-maillot contre le stylo-calepin !

13.05.2016 Initiatives

Chaque printemps, à Poiré-sur-Vie, les jeunes de l’association Familles Rurales Solidavie sont chargés de monter les fameuses « séances de variété », un événement culturel typique de Vendée qui mêle sketchs, danse, chants… Pauline, Maeva, Tonin, Guillaume et tous les autres travaillent des mois avant pour les préparer. Cette année, direction le centre de vacances de Bretignolles, au bord de la mer où nos jeunes ont troqué serviette-maillots contre stylos-calepins.

 

10h – Les séances de travail ont déjà commencé. Charlotte et Guillaume, une oreillette chacun, écoutent des sketchs pour les répéter. Romain et Anthony cherchent l’inspiration pour écrire un texte avec des jeux de mots : « qu’est-ce que tu penses de ‘c’est l’histoire d’un plombier qui a de bons tuyaux’ ? ». Plus loin, le pôle « communication » choisit les visuels pour les journalistes locaux. Tout d’un coup, des rires attirent notre attention. Derrière le porte, quatre amis se déhanchent sur Maître Gim’s, star du hip-hop français. Cette année, Thibo et Augustin ont rejoint la troupe pour éviter que ça fasse trop « troupe de filles ! ».

 

rfeeeuok

 

Moins de clan, plus d’autonomie

Il faut aussi caler la musique. Justement la « technique » attend les instructions, Guillaume aux commandes. A 18 ans, il est un peu le « sage » de la bande. « Je forme les jeunes pour l’utilisation du matériel ». Les jeunes ? Oui à 18 ans, il semble qu’on soit déjà vieux. Des participants nous confient d’ailleurs que l’année dernière, un « clash » a bien failli mettre à mal le projet. La faute aux plus de 20 ans qui se seraient sentis évincés par des 14 ans. L’écoute et e la discussion ont eu raison des tensions.

 

« Il y a moins de clan ici qu’à l’extérieur et le projet des séances de variété nous tient à cœur » explique Romain. Il est vrai qu’ici chacun trouve sa place, du stagiaire qui revient chaque année comme celui qui vient en mode « découverte ».

 

Des jeunes qui parlent (enfin !) aux jeunes

La clé de cette motivation ? Une implication des jeunes de A à Z. « C’est nous qui avons fait la réunion de présentation du projet aux nouveaux » commente Maeva. « C’est plus motivant et plus simple quand ce sont d’autres adolescents qui nous parlent » confirme Kevin. Les jeunes décident du contenu de la soirée, du choix des accessoires, comme de la répartition du budget. « Comme on achète le ‘matos’ nécessaire avec les animateurs, ça nous apprend le coût des choses » reconnait Guillaume.

 

On apprend à travailler mais aussi à vivre ensemble

12 heures – Aujourd’hui c’est steaks-haricot beurre. Charlotte fait la grimace : « J’aime pas du tout du tout mais demain c’est saucisse-purée ! »… « Rho… elle est contente » se moque Louise aux fourneaux.  Elles chantent pour passer le temps pendant qu’elles cuisent les steaks. Ici, on apprend à travailler mais aussi à vivre ensemble. Et les garçons ils sont où ? ha… en salle. « On ne met pas la table chez nous mais ça ne nous embête pas, il faut participer c’est normal ». No comment :)

 

Images du clip et musiques montées, sketchs écrits… ça c’est du sérieux !

14 heures – Dans deux heures, les images du clip de promotion du spectacle doivent être « dans la boîte ». Louise est à la réalisation et a comme un doute quand elle s’efforce vainement d’appeler le groupe à se concentrer. Ils doivent jouer une scène dans le jardin du centre de vacances. Emilie, l’animatrice, lui chuchote avec bienveillance : « Il faut que ce soit plus rythmé si tu veux les intéresser ». Sur ces bons conseils, Louise lance : « Marius tu fais Jeanne d’Arc sur le bûcher ; vous prenez les balais-brosses pour faire les fourches et enlevez vos chaussures pour faire paysans ! ». Tout le monde s’exécute, ravi d’avoir les pieds nus alors qu’il fait 12 degrés.

 

IMGP5753

 

15 heures – Le montage de la vidéo est en cours, les enchaînements de musique sont montés, les pas de danse intégrés, 20 sketchs écrits et validés par les animateurs. En cinq heures, nous avons entendu parler de hip-hop, de burgers et de wishbarre ; nous avons compris que la dynamique de groupe pouvait intégrer et pas toujours exclure, réalisé que l’engagement bénévole était un formidable élan vers l’autonomie. Bien sûr la plupart ont été biberonnés à « l’associatif », mais ce type de stage ouvre aussi des perspectives à ceux qui voulaient à l’origine passer des vacances au bord de la mer.



COMMENTAIRES

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


AGENDA

avril, 2017

Options de tri

Pas d'évènements

Envie de faire bouger les choses ? Environnement, santé, solidarité, culture...déposez votre dossier Trophées JPass… ,

J-10 avant le 1er tour, compare les programmes ! L’asso propose visuels animés, vidéos sur les élections… ,

En avant les projets :-) Partenariat pour développer des projets avec les… ,

FORMATIONS BAFA-BAFD

VIDEO